Même si la question a pu être controversée compte tenu de la faiblesse de la documentation, il semble qu'à partir du IVe siècle, il y a malgré tout un retour à la concentration des propriétés, « révélant la fragilité du vieux principe de l'inaliénabilité des patrimoines face aux difficultés du temps et à l'évolution des mœurs »[148]. La dernière modification de cette page a été faite le 12 décembre 2020 à 07:11. On constate alors une diminution globale des populations, au profit des villes « qui offraient des possibilités plus étendues de diversification des sources de revenus »[119]. Ce type d'esclavage collectif a eu tendance à disparaître à l'époque hellénistique. Roland Étienne, Christel Müller, Francis Prost, Catherine Grandjean, « Histoire économique et monétarisation de la Grèce à l'époque hellénistique », in. In Sparta, the reforms of Lycurgus led to a drastic redistribution of land, with 10 to 18 hectare lots (kleroi) distributed to each citizen. Dans ce cadre, la sensibilité du ravitaillement des Grecs aux variations climatiques est extrême : les familles les plus modestes vivent dans une situation de grande fragilité en matière frumentaire, ce qui a favorise les stratégies de diversification des cultures comme de fragmentation du parcellaire pour mieux limiter les risques[15]. La récolte pouvait se faire de quatre manières différentes : ramassage, cueillette, secouage, gaulage. Par exemple, l'Athénien Adeimantos de Skambonidès a des propriétés à Thasos et en Troade. (ed.). The Greeks did not use animal manure, possibly due to the low number of cattle. In the nearly four centuries that passed between Hesiod and Xenophon, no improvements can be found in agriculture. I think this is the secret. À la tête d'un kleros de 5 à 6 ha en moyenne (auquel pouvait s'ajouter des terres louées), possédant un attelage de bœufs (il fait partie de la troisième classe censitaire, celle des zeugites, « ceux qui possèdent un attelage », et sont donc en mesure de récolter 200 medimnes de grains chaque année), il est en mesure de s'équiper en hoplite pour participer à la défense de la cité au sein de la phalange. L'expansion démographique contemporaine, due à la diminution de la mortalité, accentue les problèmes d'accès au foncier et crée de fortes tensions sociales au sein de chaque cité : dès le VIIIe siècle av. L’« étroitesse » de la terre (στενοχωρία / stenokhôría) explique ainsi la colonisation grecque et l’importance qu’auront, à l’époque classique, les clérouquies d’Asie Mineure dans le contrôle du ravitaillement en blé. La politique de limitation du nombre de citoyens s'explique d'ailleurs par la volonté de garantir à chacun la possibilité de l'accès à la terre, et à une terre d'une taille suffisante pour y développer une exploitation qui lui permette de vivre. Les différentes pièces donnant sur cet espace n'ont le plus souvent pas de fonction identifiable du fait de la mobilité de la plupart des équipements. L'olivier a l'avantage d'un calendrier agricole qui se combine bien avec celui des autres cultures, puisque l'essentiel de la récolte se fait en automne : cueillette des olives mûres de fin octobre à fin décembre voire fin janvier dans certaines régions, détritage et pressage pendant l'hiver. De nombreuses fermes disposent en outre de tours en pierre, rondes ou carrées, « qui témoignent de l'insécurité ambiante mais aussi de la richesse des propriétaires »[125], mais dont la fonction est peu claire (ou multiple) : stockage des récoltes, surveillance et/ou logement des esclaves[Note 49], protection contre les pirates ou les brigands…. Ce type d'élevage extensif nécessitait d'obtenir l'accord des cités concernées par ces déplacements, dans la mesure où a priori la jouissance de ces terres communes des confins était réservée aux citoyens de la cité à laquelle elles appartenaient[Note 33]. Au mois de mai, on moissonne à l’aide de faucilles à main (la faux est inconnue), ce qui permet d'éviter les pertes, mais nécessite une abondante main-d'œuvre, notamment féminine (glaneuses). Greek agriculture #1 (University of Richmond, Virginia, USA): 3. Les cépages de qualité, souvent plantés sur les terres plus rocailleuses des coteaux, fournissaient un vin plus fin, même si leur rendement était plus faible qu'en plaine[Note 14]. La réalité du parcellaire est pourtant en général bien différente : les terres de chaque exploitant sont souvent dispersées, notamment du fait du système de succession égalitaire entre tous les enfants mâles pratiqué en général dans les cités grecques. Peu après vient l'agnelage, avant que les bêtes rejoignent les hauteurs pour échapper à la chaleur (36 à 40°) et l'aridité de l'été, qui rend l’irrigation indispensable au jardin pour éviter un trop grand dessèchement des sols. À Sparte, dans la même situation, la règle est que l'épiclère doit être mariée à un fils de citoyen dénué de kléros car surnuméraire, de manière à maintenir une égale distribution des terres indispensables pour pouvoir prétendre au titre de citoyen, et donc à assurer un nombre d'Homoioi constant à la cité. La viande était remplacée par le poisson (encore une fois, la proximité avec la mer facilitait l'obtention de produits maritimes, plutôt que d'élevag… Cette concentration foncière à Sparte s'exprime dans la supériorité des écuries spartiates dans les compétitions hippiques, notamment à Olympie, dans la mesure où l'élevage de chevaux nécessite des propriétés de grande taille[179]. De fait, comparativement à la vigne, peu de soins sont dispensés à l'olivier, même si cette pratique est souvent combattue par les agronomes antiques[Note 20]. Les terres sont rocailleuses, et donc de médiocre qualité. Le bœuf, rare, est employé comme animal de labour et, dans une moindre mesure, comme animal de sacrifice (cf. J-C[161]. La plus répandue était la durelle, espèce d'automne, à l'épi barbu et allongé, de teinte rougeâtre : les campagnes de Métaponte, de Syracuse et de Ségeste en produisaient. During the early time of Greek history, as shown in the Odyssey, Greek agriculture - and diet- was based on cereals (sitos, though usually translated as wheat, could in fact designate any type of cereal grain). Il existait d'autres types de servitude en milieu rural : certaines cités disposaient de communautés entières asservies et affectées à l'exploitation de la terre au service des citoyens, selon des modalités souvent obscures, par exemple les Pénestes en Thessalie ou les Gymnètes à Argos. L'huile d'olive constituait pour les Grecs un apport essentiel de lipides dans une société où la consommation de viande et de produits laitiers était faible. Isabelle Pernin, « La question des baux dans la Grèce des cités », partie des tiges de céréales qui couvrent encore le champ après la moisson. ISBN: 2251605088 9782251605081: OCLC Number: 758014195: Language Note: Textes en allemand, anglais, français, grec et italien. Si l'importance de la consommation et de la production de ces légumes a longtemps été négligée par les historiens, c'est du fait de leur piètre visibilité dans nos sources : de fait, le caractère très périssable des légumes interdisait (au contraire des céréales, de l'huile d'olive ou du vin) les transports sur longue distance, et les cantonnait donc au marché local. C’est surtout, une fois le raisin bien mûr, à la limité de la pourriture, la saison des vendanges et du foulage des grappes dans de grandes cuves, avant de mettre le vin à fermenter dans des jarres. The farmer's year (University of Richmond, Virginia, USA): 4. On en trouve cependant dans les inventaires des Hermocopides et il semble cultivé en Laconie[23]. Par leur ampleur et leur luxe, par leurs nombreux équipements (four à céramique pour la ferme du site moderne de Tria Platania, atelier de fabrication d'outils en fer pour celle de Liotopi Routscheli), elles se rapprochent bien davantage du monde des colonies que de celui de la Grèce classique ou de l'Attique de cette époque. « L'une des caractéristiques du climat méditerranéen est son haut niveau de variabilité, qui a un impact direct et déterminant sur le rendement. Classical antiquity in Greece was preceded by the Greek Dark Ages (c. 1200 – c. 800 BC), archaeologically characterised by the protogeometric and geometric styles of designs on pottery. En outre, les aménagements opérés pour cultiver l'olivier sont souvent assez importants. On doit aussi casser la croûte sèche qui s’est constituée en été sur les terres à céréales, pour lui permettre de recueillir les précipitations. Outre le propriétaire de l'exploitation (éventuellement) et ses esclaves, les femmes de la maison pouvaient participer aux travaux agricoles, notamment au moment des récoltes (glanage, vendanges[156]) ou dans le cadre du traitement des céréales ou de la laine. Ainsi, dans l’Économique de Xénophon, Ischomaque précise que son père a pratiqué une certaine spéculation foncière, en achetant des parcelles en friche à bas prix, pour les revendre, après remise en état, à un prix élevé[180]. »[170] Le contraste est frappant avec la grande dignité du petit paysan décrit par Aristophane un siècle plus tôt, en 421, dans La Paix[171], Reste que dans le monde grec antique, le lien est étroit entre possession de la terre et citoyenneté. Les fermes fouillées en Attique (fermes de Dèma, d'Atènè et de Vari[126]) forment en général un ensemble de 13 à 15 m de largeur sur 17 à 21 m de longueur. Ainsi, l'outillage de fer se développe à partir de l'époque géométrique[15] et les occurrences de socs d'araire en fer sont régulières au IVe siècle[6]. Le miel de thym de l'Hymette, près d'Athènes, jouissait déjà d'une grande réputation, et l'apiculture était une activité agricole très développée en Attique dès le VIIe siècle av. Ici, l'esclave n'est pas « esclave marchandise », il a une existence civile, vit dans un lieu distinct du domicile de son maître, un certain nombre de droits (possibilité de se marier, de posséder des biens), et le citoyen auquel le kléros est affecté n'en dispose pas librement : il ne peut le vendre ni l'affranchir, compétences exclusives de la cité. La tendance à la reconquête des terres par les grands propriétaires est encore plus marquée à l'époque hellénistique : les prospections qui ont été menées en Attique révèlent deux tendances parallèles de diminution du nombre de sites et d'augmentation de la taille des bâtiments de ferme qui s'y trouvent[152]. À partir du IVe siècle av. Il entre également dans la composition de médicaments et, « chargé d'un puissant symbolisme religieux, [il est] utilisé dans nombre de libations aux divinités chtoniennes »[89]. Les animaux les plus nombreux, bien que non indigènes[Note 29], sont les moutons[Note 30], plus adaptés pour leur nourriture à la végétation méditerranéenne pauvre et fournisseurs de viande, de laine (la tonte se faisait au printemps)[Note 31], de lait (consommé sous forme de fromage) et, après transformation, de cuir. J.-C. honorant « un généreux commerçant qui, ayant dans son bateau 56 000 litres d'huile destinée au Pont, accepta de les vendre à perte dans sa patrie »[60]. J.-C., et sur la densification afférente de l'occupation de l'espace rural, la situation des siècles suivant, notamment en matière de déprise agricole, est plus controversée. It was not until the rise of Romans that the water mill came into wide use, employing hydraulic power to augment muscle power. Les bâtiments de ferme sont en général implantés sur des hauteurs, là où les terres sont peu exploitables. En effet, « l'automne venu, tous les mortels portent leurs regards vers le ciel, et attendent que le dieu, par une pluie salutaire, permette d'ensemencer les champs »[100]. Avant qu'il soit là, songe à tailler tes vignes : c'est le bon moment »[97]) et des arbres, ainsi que de la culture des légumineuses. L'huile produite lors des deux pressions suivantes, stimulées par l'adjonction d'eau bouillante, était réservée à l'éclairage et au graissage[74]. The Greek forests located in the highlands were denuded by goats and charcoal production; it was not long before it had to be imported especially for ship production (see trireme). L'émergence, à la fin du IVe siècle av. J.-C. dans certaines régions. Elles réduisent fortement l'espace disponible pour la culture et l'élevage et compartimentent l'espace de chaque cité, encourageant l'autarcie en matière agricole. Ainsi, Thucydide (II, 14) ne mentionne l'évacuation en 431 que des probata (πρόϐατα, petit bétail) et des hypozugia (ὑποζύγια, animaux de joug). Burford Cooper reprise dans, Stephen Hodkinson, « Inheritance, marriage and demography: perspectives upon the success and decline of Classical Sparta », in Powell, A. De même, on installait souvent des citernes sur le toit des habitations. De la fin de l’automne jusqu’au début de l’hiver, on récolte les olives, à la main ou à la gaule, qui seront ensuite broyées et pressées pour obtenir de l'huile. [1], Most Greek language agricultural texts are lost, except two botany texts by Theophrastus and a poem by Hesiod. Même si sa fortune est exceptionnelle (« digne d'un tyran » d'après Aristote), Cimon dispose d'un domaine suffisamment vaste pour permettre à tous ceux de son dème de venir s'y servir (« aucun de ses domaines n'était clos de murs, et y entrait qui voulait, pour prendre sa part de fruits »[140]). [3] Oil-seed plants such as linseed, sesame, and poppy were also grown. Cependant, la place de l'orge resta importante [6]. Each city possessed such land and it is estimated that in Athens during the classical period these lands represented a tenth of cultivable land. [citation needed] Even if the ancients were aware of the better nutritional value of wheat, the growing of barley was less demanding and more productive. À la haute époque, les Grecs connaissaient les blés vêtus (engrain et amidonnier) qui avaient, à l'époque classique, beaucoup reculé en Grèce même[20] devant l'orge et le blé nu[21], « une variété de froment évolué où le grain se séparait facilement de la balle, dès le dépiquage »[8]. Les Grecs pratiquaient en effet, la coltura promiscua, c'est-à-dire la plantation de céréales entre les rangs de vignes ou d'oliviers, du fait d'une part du faible espace cultivable disponible et d'autre part des atouts que représentaient la pratique d'une telle polyculture, à la fois pour répartir les risques et pour assurer l'entretien quotidien de l'oikos. En outre, les Grecs produisaient du vinaigre, utilisé pour la conservation des aliments[Note 9]. Dans le cas des terres sacrées, propriétaire et bailleur sont clairement distincts : la terre appartient au dieu (ainsi, Apollon est le plus gros propriétaire des Cyclades, grâce aux terres et bâtiments qu'il possède à Délos, Mykonos et Rhénée), la communauté qui la gère n'étant que bailleur : on doit de ce point de vue « distinguer la gestion de la terre dite « publique » de celle de la terre sacrée »[175]. L'huile d'olive était très souvent utilisée (la huard production du produit le permettait), le pain et le blé s'assemblent dans le pain au blé, consommé fréquemment au même titre que les galettes d'orge. Les travaux hydrauliques ne se limitaient pas à la récupération et au détournement de l'eau pour l'irrigation : ils permettaient également de gagner d'autres terres à cultiver en asséchant, grâce à des digues et des canaux, les zones marécageuses, par exemple celles du delta du Méandre, régulièrement drainées et consacrées au pacage du gros bétail, ou celles du lac Copaïs en Béotie, pour lequel des tentatives sont attestées dès l'époque archaïque, sur l'initiative d'Alexandre ou encore au IIe siècle. Scholars speculate whether this text may have been an early source for agricultural traditions in the Near East and Classical world. Le bailleur peut même ne pas correspondre à la cité sur laquelle est situé le sanctuaire. Il s'agit d'un loyer de 1450 drachmes correspondant, d'après Isabelle Pernin, à une propriété d'environ 50 hectares. Top of the social tree were the ‘best people’, the aristoi. On ajoutait du sel pour éviter les moisissures et on les foulait légèrement, au bâton ou au pied, pour dégager une couche huileuse à même de protéger le tas[67]. 20 oct. 2014 - Découvrez le tableau "Grece antique" de Josée Quenneville sur Pinterest. Les cultures qui y étaient développées étaient variées, mais on est certain qu'à Délos au moins, elles étaient pour une part destinées aux céréales, dans la mesure où la largeur de certaines terrasses dégagées correspondaient à celle d'un attelage de bœufs tirant l'araire (les terrasses plus étroites étaient probablement vouées à la vigne et l'arboriculture). L'insistance des baux de location de terre à prévoir l'entretien et le renouvellement des plantations d'olivier, s'explique par le fait que planter des oliviers est une entreprise de longue haleine, qui immobilise le capital pendant une période conséquente : la lenteur de sa maturation fait que l'arbre met plus de vingt ans à donner des fruits et n'atteint sa pleine maturité qu'au bout de quarante ans. C'est par exemple le cas d'Ischomaque, dans l'Économique de Xénophon. Les enfants sont chargés du piétinement des sillons pour enterrer les grains et permettre leur développement[26]. Cows were also sometimes raised, although they were not as common as other farm animals. De fait, le prestige de la possession de la terre rend les citoyens enclins à s'en réserver la possibilité, dans la mesure où le rapport de force reste en leur faveur : les cités et les îles où les clérouques athéniens se sont vu attribuer des lots[Note 64] ont dû se résoudre à ce que des étrangers possèdent la terre de la cité, du moins jusqu'à ce que la thalassocratie athénienne soit liquidée. This was the time of the grape harvest: the grapes were crushed by foot in large vats, then the wine was left to ferment in jugs. The Hymettus region of Attica was known for the quality of honey produced there. L'introduction, probablement au Ve siècle av. Les Grecs emploient comme sucrant des dérivés de fruits comme le sirop de datte ou les figues séchées, mais leur principal édulcorant est le miel[88]. L'olivier constitue le troisième pilier de l'alimentation et de l'agriculture grecque, en fournissant une huile aux usages variés[47] : alimentation, éclairage, onctions après le bain ou au gymnase, et religieuse, parfumerie, pharmacie, etc. Ce privilège (ἐπινομία / epinomia) pouvait être étendu à des étrangers, à titre individuel ou collectif, gratuitement ou par l'acquittement d'une taxe spéciale (ἐννόμιον / ennomion)[85] qui permettait de se protéger contre toute contestation de pâturages : dans l'exemple cité plus haut, l'inscription a ainsi pour objet d'accorder audit Eubôlos « une période de droit à la pâture d'une durée de quatre ans pour deux-cent vingt bovins ou chevaux et pour mille moutons ou chèvres » sur les terres d'Orchomène de Béotie, à une vingtaine de kilomètres au sud-est d'Elatée. La description la plus précise à ce sujet provient de son traité de poliorcétique[109] où il distingue trois types de réserves à grains : Philon de Byzance, désigne ces réserves à grains sous le nom de σιτοβολών ; on retrouve ce terme au IIe siècle dans un papyrus ainsi que dans les comptes déliens[110]. De ce point de vue, il y a d'ailleurs une contradiction entre d'une part la volonté de transmettre, à sa mort, une exploitation d'une taille respectable à ses fils, ce qui implique d'en limiter le nombre du fait du partage en général égalitaire au moment de l'héritage, d'autre part la nécessité de disposer pour cultiver sa terre d'un nombre important de bras, ce qui au contraire peut amener le père à multiplier ses descendants. À l'instar du vin (même si, du fait de la forte adhérence de l'huile à la chair des olives, on estime que la pression à même de les séparer est dix fois supérieure à celle nécessaire pour que le raisin rende son jus[70]) les premières presses utilisées furent des presses à torsion : on plaçait les olives broyées « dans un tissu solide que l'on tordait à l'aide de bâtons passés dans des ais »[71]. celle de Messénie, la Mésogée, en Attique, aux féconds argiles rouges, les campagnes de Thria et d'Éleusis, la vallée du Céphise boétien, les terres noires argilo-calcaires de Thessalie, l'Argolide, la Mantinique, la vallée du Pamissos, les alluvions grasses de l'Eurobas étaient célèbres tout autant que la richesse de la Laconie[6], mais elles font figure d'exception à l'échelle de l'ensemble du monde grec. It took until the Middle Ages for true plows which turned the earth to be widely adopted. J.-C.[172]. « Le travail agricole en Grèce ancienne ». L’huile était conservée dans des vases en terre cuite pour servir tout au long de l’année. Or, les découvertes archéologiques des dernières décennies ont relativisé ce modèle, puisque de nombreux bâtiments isolés ont été découverts lors des prospections entreprises dans plusieurs régions de Grèce continentale, en Attique (dème d'Atènè, Laurion), Béotie, Eubée (Carystos), Thessalie, (Argolide), dans les îles de Thasos, Céos, Chios ou Délos, et même en Italie du Sud et en Sicile. À celles-ci s'ajoutent, en ville comme à la campagne, les porcs, principale viande consommée, et les volailles (pigeons, oies ; l'élevage des poules se développe à partir de l'époque hellénistique). Ce dilemme est explicite chez Hésiode : « Puisses-tu n'avoir qu'un fils pour nourrir le bien paternel – ainsi la richesse croît dans les maisons – et mourir vieux en laissant ton fils à ta place. Cet étalement dans le temps, renforcé par les maturations décalées pour chaque arbre en fonction de son orientation ou de son âge, compensait la forte mobilisation nécessaire de la main-d'œuvre et permettait à l'agriculteur de récolter seul, aidé de ses esclaves et des membres de sa famille, sans recourir à une main-d'œuvre supplémentaire[62]. Marie-Claire Amouretti, « Villes et campagnes grecques ». De même, on compte sur le labour des plantations intercalaires pour faciliter la croissance de l'arbre, sans, le plus souvent, le soutenir d'une façon spécifique.